01.02 10.02

Festival Tapati Rapa Nui à l’Ile de Pâques

Ce festival a été créé il y a de cela 40 ans, contrairement à ce que l’on pourrait croire, dans le but de préserver les coutumes ancestrales de l’Ile de Pâques. Chaque année, lors de la première quinzaine de Février, les habitants revivent les traditions à travers des épreuves artisanales et sportives.

« Tapati » signifie semaine et « Rapa Nui » Ile de Pâque,

Ce qui littéralement signifie la semaine de l’Ile de Pâques. Ainsi la culture pascuane (habitants de l’île) est transmise, chaque année durant ces festivités, aux nouvelles générations.

Des épreuves sportives et artisanales sont organisées, et l’élection de la reine de l’île est proclamé en fonction des résultats des tribus lors des différentes épreuves. Rien de mieux pour s’imprégner des lieux et de la culture lors d’un voyage à l’autre bout du monde.

De nos jours, bien qu’étant annexé au continent Chilien, l’Ile de Pâques se trouve à plus de 3700 km des côtes et pas moins de 4000 km de Tahiti.

C’est l’un des territoires les plus isolés de notre planète. Par ce fait, l’une de ses particularités est sa culture si spécifique. Des influences de tous le Pacifique sont présentes et notamment de la Polynésie. 

L’éloignement a permis aux Pascuanes de se protéger des influences continentales, et de garder son patrimoine intact dont certains mystères fascinent encore de nos jours.

L’exemple le plus représentatif et le plus connu reste et restera les Moais, ces statues hautes de plusieurs mètres de haut (entre 2.5 et 9 mètres).

Mais comment sont-elles arrivées jusque-là ?

Au bord du rivage, en pleine nature au milieu de nulle part, l’intrigue est d’autant plus forte lorsque l’on sait que les statue ne regarde pas vers l’horizon mais en direction de l’intérieur des terres. Certains pensent que ce sont répliques en pierre des ancêtres de tribus anciennes qui regardent en direction de leur territoire et protègent les siens. Pour d’autre, la divinité serait la clef de toutes ses questions.

Mais qui sait ?

Des statues proches de 80 tonnes ne peuvent être déplacées et les lieux ne correspondent pas géologiquement entre les composés rocheux des statues et de la terre sur laquelle elles reposent.