25.03 30.04

Floraison des cerisiers au Japon

La fête du Printemps 

Aux yeux de tous, la floraison des “sakuras”, “cerisiers” en japonais,  constitue la meilleure saison pour planifier un voyage au Japon. Cet événement rythme la vie japonaise. On l’appelle le “hanami”, quand fin mars-début avril, les Japonais sortent pour pique-niquer en admirant les cerisiers en fleur.

L’impatience des Japonais !

De Okinawa à Hokaido, chaque année, généralement début avril, les japonais attendent avec impatience le « hanami » qui correspond à l’arrivée du printemps. C’est à ce moment précis, que les beaux cerisiers appelés « sakuras » commencent à bourgeonner, pour ensuite fleurir et donner cette couleur de rose poudré à l’ensemble du pays. Certains passent des heures sous les cerisiers à contempler leur fleur préférée et boire du « saké » une boisson locale. Cette fête populaire est devenue une fête nationale et aujourd’hui encore la floraison des cerisiers reste synonyme de renouveau et de bonheur futur : elle correspond au début de l’année fiscale et universitaire. La floraison ne dure que quelques jours, mais c’est un instant magique. Le « sakura » ne donne pas de fruit, il est le symbole de beauté éphémère. Les japonais en retirent une certaine philosophie, la vie est courte alors profitez-en. C’est donc tout naturellement que la fleur de cerisier est devenue l’emblème du Japon.

Vous pourrez admirer ce phénomène quasiment partout au Japon, mais voici quelques bonnes adresses à ne surtout pas manquer :

-Tokyo et ses parcs dont, le plus impressionnant est sans nulle doute le parc « Ueno » où repose un millier de cerisiers. Le parc Chidorigafuchi, proche du palais impérial, est idéal pour une promenade en barque sur les douves pour admirer les cerisiers.

-Kamakura, au sud de Tokyo au bord de l’océan, et son allée menant au sanctuaire Tsurugaoka Hachimangu. De magnifique fleurs de cerisiers formant une véritable arche naturelle.

-Kyoto et son parc Maruyama qui abrite un immense cerisier pleureur illuminé la nuit.

Arashiyama, où les cerisiers vont des berges de la rivière au fin fond des montagnes.

-Dans la préfecture de Nara, le mot Yoshino est apprécié depuis des siècles pour ses 30 000 cerisiers couvrant la montagne.