27.11

Les cités perdues

De nombreuses cités perdues, intriguent encore aujourd’hui. Leurs civilisations ayant disparues ont laissées derrières elles, des lieux mystérieux que les archéologues, historiens, ou géologues essayent de traduire et comprendre encore de nos jours. Voici les présentations de certaines d’entre elles…

Des trésors cachés 

Nourries par des légendes ou récits savants, les vestiges que ces peuples disparus, mais pas oubliés, nous ont légués un héritage majestueux. Prenez un instant pour connaitre l’histoire de certaines d’entre-elles.

Le Machu Picchu : qui signifie « vieille montagne » en Quechua, se situe au plein cœur des Andes au Pérou, à 2430 m d’altitude, le Machu Picchu ne cesse de faire rêver les visiteurs du monde entier. Son cadre généreux, à la fois forestier et montagneux, offre un panorama extraordinaire entrecoupé par de nombreuses terrasses, rampes, murs de pierre… Ce site fut le dernier refuge pour la civilisation Inca, au moment de l‘arrivée des conquistadors. D’après les ruines, une population de 300 à 1000 habitants pouvait cohabiter sur ce lieu historique.

Pompéi : son histoire ne vous est pas inconnue ? C’est normal, bon nombre de film et reportage ont soulevé les questions de la fameuse cité engloutie de Pompéi. Celle-ci se trouve sur le long de la côte Amalfitaine, au sud de Naples en Italie. Autrefois, port florissant et important marché de la méditerranée, le peuple n’avait pas connaissance qu’il vivait à côté d’un volcan endormi depuis des siècles. Lors de son éruption, la ville toute entière fut immobilisée et préservée par ses coulées de lave. D’une certaine manière, vous n’aurez pas à imaginer les lieux tels qu’ils étaient autrefois, dans le sens

où ils seront présents devant vous.

Petra : cette cité perdue en Jordanie, a été sculptée à même la roche par un ingénieux peuple arabe, les Nabatéens il y a plus de 2000 ans. Cette technique est appelée troglodyte. Il faut la voir pour y croire. Le parc archéologique de Petra couvre une superficie de 264 000 mètres carrés à Wadi Musa. Ce peuple nomade commerçant, Nabatéens, s’installèrent à l’intérieur de ses montagnes rose poudrées, carrefour stratégique pour la période de la route de la soie. L’eau y était abondante et la cité bien protégée par des montagnes infranchissables. L’impressionnante façade creusée dans la pierre, vous en donnera des frissons.

Angkor : incroyable parc archéologique, de plus de 400 m2 de superficie, se dévoile au milieu d’une forêt majestueuse le plus grand et le plus vaste complexe religieux de l’Asie de sud-est au cœur du Cambodge : les Temples d’Angkor. Autrefois, capitale de l’Empire Khmer, le royaume couvrait alors environ 1 000 km² de superficie et comptait près de 750 000 habitants. Abandonnée dans les années 1430, lors du déclin du royaume, la végétation s’empara des lieux comme pour l’absorber. Ce n’est qu’en 1860, qu’un explorateur Français redécouvre ce patrimoine enfoui. D’importants travaux de rénovation et de protection des lieux ont fait renaître le site.