28.07

L’Orient Express, un train pas comme les autres!

Lorsque l’idée d’un train de luxe arrive fin du 19e siècle, pour relier la capitale française à l’orient, le projet semble irréaliste. Mais pourtant, son créateur Georges Nagelmackers, ingénieur belge, n’est pas au bout de ses surprises…

Un voyage hors du temps …

C’est en 1883, que l’Orient Express a été créé par la société CIWL (Compagnie Internationale des Wagons-Lits) suite à un projet un peu fou, en collaboration avec le jeune ingénieur Georges Nagelmackers. Ce dernier était loin de se douter de l’importance de son projet, devenu le symbole de l’époque, l’apogée du luxe.

L’idée lui était venu lors d’un voyage personnel en Amérique du Nord. L’installation et la technique de ces trains étaient bien plus avancée qu’en Europe. Le but principal était de relier l’Est à l’Ouest américain (et vice versa), des trains à couchages étaient nécessaires car la durée du trajet ne permettait pas de s’effectuer en une seule journée. C’est ainsi que Georges Nagelmackers, fasciné par l’Orient, voulu ouvrir les frontières dans un voyage d’exception et de confort. Le succès fut immédiat, ambassadeurs, artistes, aristocrates, écrivain… empruntèrent ce train pour voyager à l’autre bout de l’Europe.

Il fut d’ailleurs, l’une des plusieurs sources d’inspiration pour des œuvres littéraires, Crime dans l‘Orient Express d’Agatha Christie, Onze milles verges de Guillaume Apollinaire ou encore Bons Baisers de Russie du créateur de

James Bond, Ian Fleming.

Chacune des villes desservies par ce train mythique, étaient de riches destinations que la clientèle de haut rang Européenne admirait. Budapest et ses grands bains, sans compter son château royal, Vienne et son emblématique impératrice Sissie, ou encore Munich et sa cathédrale.

Non seulement le mode de transport intéressait les passagers, mais les villes impériales de l’Europe de L’Est chargées d’histoire, au patrimoine culturel intense, attendaient les voyageurs pour s’ouvrir au reste du monde.

L’Orient Express de nos jours est toujours d’actualité, plus connu sous le nom de Venice Simplon Orient-Express. Le concept reste le même, une décoration luxueuse fidèle à l’Orient Express et des itinéraires à travers l’Europe (Paris, Budapest, Prague, Vienne…). La SNCF aimerait remettre l’Orient-Express sur les rails d’ici cinq à dix ans, en espérant un tarif beaucoup plus raisonnable, mais sera-t-il aussi flamboyant que l’Orient Express de l’époque ? Affaire à suivre…